L’histoire de la punaise de lit

Son histoire

Depuis 35’000 ans la punaise de lit est le parasite le plus détesté et le plus néfaste susceptible d’envahir une habitation.
Aristote en a fait une description précise il y a plus de 2000 ans.

Homo sapiens :
La cohabitation des homos sapiens  avec les chauves-souris dans les grottes ont favorisé l’adaptation de la punaise de lit à l’homme. La chauve-souris a été un important vecteur de cette infestation.
Elle se retrouvait dans les peaux des bêtes. A part jeter leurs peaux de bêtes en dehors de leurs grottes,  l’homo sapiens ne pouvait pas faire grand-chose.

Ère classique :
Les hommes sont sortis de leurs cavernes pour construire des campements, des villages. Ils prenaient les punaises de lit avec,  dans leurs vêtements, leurs couvertures. Là encore à part jeter les objets et les meubles infestés, ils ne pouvaient rien faire. Les plus riches mettaient sous chaque pied de lit un bol rempli d’huile pour empêcher les insectes de monter.

Les romains :
Le luxe, la plomberie d’intérieur, les salles de bain, les lits, les chaises, les meubles et de nombreux éléments décoratifs ont été massivement utilisé dans tout l’empire. Les marchandises provenaient de tout le monde connu,  principalement à destination des cités les plus grandes comme Rome. Ainsi les punaises de lit en ont profités. Elles étaient transportées à bord des bateaux de commerce dans les armatures de bois, les cordages, les marchandises et les étoffes.

Moyen âge :
Dû à la grande promiscuité dans laquelle vivaient les gens, la punaise de lit faisait partie intégrante de la vie quotidienne. Le terme Cimices désignait la punaise de lit jusqu’au 17ème siècle (pluriel de cimex en latin). En anglais bed bugs est dérivé du mot bogy ou hobgoblin qui signifie une terreur dans le noir. Avant la découverte de l’Amérique, il n’y avait pas de punaise de lit sur ce continent. Ce sont les colons qui les ont introduites. Elles ont rapidement colonisé tout le pays en suivant les voies de communication empruntées par les chevaux, les chariots, les charrettes puis le chemin de fer.

19ème siècle :
Avec la formidable croissance de l’Empire britannique, l’Inde, l’Afrique, l’Amérique du Sud et l’Asie ont à leur tour été envahies et colonisées par les punaises de lit. La punaise de lit était alors  considérée comme une fatalité faisant partie de la vie quotidienne. A la belle saison, c’était le grand nettoyage, tous les meubles étaient lavés à l’eau bouillante afin de tuer les punaises de lit qui s’y trouvaient. On employait aussi du pétrole, du kérosène, de la poudre de pyrèthre et divers autres liquides pour combattre une infestation.

20ème siècle :
Fin des années 30 Londres fut  infesté à 50 %, tout comme New-York aujourd’hui.
A partir des années 40 des insecticides très puissants (DDT pesticide à base de chlorobenzène très néfaste pour l’environnement) en vinrent à bout. En 1972 le DDT a été interdit car il polluait et empoisonnait toute la chaîne alimentaire. A la fin des années 90  les composés organophosphoré et les carbamates ont également été interdits, car modérément toxique pour l’humain. A cette époque la punaise de lit avait pratiquement disparu.